Miniaturiste (Jessie Burton)






Edition : Gallimard
Genre : Historique
Auteur : Jessie Burton
Parution : 26 mars 2015
Lu en VO








Résumé : Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, il est l’un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt.

« Miniaturiste » est un roman que j’ai acheté lors de mon séjour à Amsterdam en 2014, principalement pour sa sublime couverture VO. J’avais envie, une fois rentrée à la maison, de pouvoir me replonger dans l’ambiance, avec en prime un Amsterdam du XVIIème siècle. De ce côté-là, le pari est totalement réussi. Le roman est une fiction historique richement documentée qui nous transporte et nous fait découvrir les us et coutumes du XVIIème siècle au coeur des Pays-Bas. 

Nella Oortman quitte son petit village pour la grande ville d’Amsterdam, après que son mariage avec un riche marchand beaucoup plus âgé ait été arrangé pour elle. A peine âgée de 18 ans, elle découvre la riche demeure de son mari Johannes Brandt et doit s’adapter à ses occupants, notamment Marin, la sœur de Johannes, une jeune femme froide et distante qu’elle a du mal à cerner. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à Nella une maison de poupée miniature. Cette maison de poupée va lui permettre de découvrir les secrets de sa nouvelle famille, bien loin de l’image parfaite qu’ils renvoient.

Nella Oortman est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, pour la simple et bonne raison qu’elle se retrouve propulsé dans un univers totalement inconnu, qu’elle est complètement perdue et qu’on ne peut s’empêcher de ressentir la même chose qu’elle, découverte après découverte. Elle n’a que 18 ans et elle a du épouser un homme beaucoup plus âgé, mais comme toutes les jeunes filles de 18 ans, elle se prend à espérer que ce mariage puisse finalement être heureux. Johannes, par son charisme, la fascine et l’impressionne. Elle déchante pourtant rapidement car Johannes est toujours absent. De plus, Nella doit cohabiter avec Marin, la sœur de Johannes qui semble la détester sans aucune raison valable et qui cache de bien sombres secrets. J’ai compatis face aux épreuves qui lui tombe dessus jour après jour et les découvertes qui assombrissent son avenir. Il y a une véritable évolution du personnage tout au long du roman. Au début, on découvre une jeune femme perdue et silencieuse, alors qu’à la fin, elle s’affirme et prend en main une situation désastreuse. C’est une héroïne très réaliste avec ses peurs et ses défauts.

Johannes Brandt est un riche marchand qui a réussi et qui vit dans l’opulence. Mais sous cette façade d’homme heureux en affaires et en ménage se cache un personnage beaucoup plus complexe. A vrai dire, Johannes n’est pas méchant avec Nella, il la couvre de cadeaux. Seulement il n’est pas amoureux d’elle, est accaparé par sa propre vie qu’il mène à l’extérieur de la maison et ne se rend pas compte de ce qui se déroule sous son toit. Johannes est tiraillé entre ses désirs et son devoir, quitte à se mettre à dos la puissante guilde des marchands à laquelle il appartient et dont il a besoin de l’appui pour continuer son travail.  Comme tous les personnages de Jessie Burton, Johannes est très difficile à cerner, je l’ai détesté à certains moments. Je ne me suis pas autant attaché à lui qu’à Nella, mais j’ai compris la difficulté qu’il avait eu à vivre la vie qu’il aurait aimé vivre.

Quant à Marin, sa sœur, c’est probablement le personnage le plus complexe du roman. Je l’ai détesté mais trouvé fascinante également. C’est une femme froide, autoritaire, pétrie de morale, qui a décidé de prendre en grippe Nella dès le premier jour. Elle la surveille, elle la réprimande, tout est bon pour harceler la jeune femme et conserver son statut de maîtresse de maison. Si elle m’a insupporté pendant la majeure partie du roman, le dernier tiers m’a bluffé. Car c’est bien Marin qui détient le secret le plus important de la demeure Brandt, un secret qui les met tous en danger. Personnage ambivalent, prônant des règles qu’elle ne respecte pas elle-même, remplie de rancœur, Marin est un personnage qui ne vous laissera pas indifférent.

Comme je l’ai dit plus haut, je ne m’attendais pas à la tournure qu’a pris l’intrigue au fil des pages. En lisant le résumé du livre, j’aurais pu m’attendre à une histoire d’amour entre Nella et Johannes, sur fond de secrets de famille. Mais ici pas d’histoire d’amour. Les relations entre les personnages sont beaucoup plus complexes. En revanche il y a bel et bien des secrets, des secrets qui m’ont réellement surprise.  Et puis il y a cette maison de poupées et cette miniaturiste qui envoie des objets miniatures à Nella pour qu’elle complète sa maison, lui livrant au passage des indices pour découvrir les secrets des Brandt. Je trouve que cette partie du roman a malheureusement été très mal exploitée. C’est dommage car la maison de poupées est ce qui a inspiré le roman à Jessie Burton, Nella Oortman ayant réellement existé (même si son histoire est inventée dans le roman) et ayant réellement possédé une maison depoupées exposée au Rijskmuseum d’Amsterdam. Je n’ai pas vraiment compris l’intérêt de cet ajout. A la fin de ma lecture, j’étais donc partagée. L’intrigue n’était pas du tout celle que j’attendais et l’histoire de la maison de poupées mal exploitée. Avec le recul, je trouve que l’intrigue est excellente, c’est agréable de pouvoir être étonnée pendant sa lecture. En revanche, je reste perplexe sur le développement de l’histoire concernant la maison de poupées.

Enfin, il faut saluer le travail de recherche de l’auteure. Jessie Burton a mis 4 ans pour écrire ce roman, mais elle nous plonge véritablement au cœur d’Amsterdam au XVIIème siècle. Les Pays-Bas sont alors sous le joug  d’une autorité morale et religieuse très rigoureuse qui interdit certaines pratiques. Les marchands sont regroupés au sein de guildes selon leur spécialité, une guilde qui fonctionne comme une famille mais qui peut également vous écraser en fonction des alliances internes. L’auteure nous décrit également avec précision la vie domestique des Brandt et l’hypocrisie qui peut régner au sein de la société.


En conclusion, j’ai apprécié la lecture de « Miniaturiste » pour son côté historique et son intrigue déroutante. En revanche, j’ai été déçue par une certaine partie de l’histoire relative à la maison de poupées qui aurait pu être mieux amenée. Ne vous fiez donc pas à son résumé. Si vous aimez les romans historiques et que vous êtes curieux de découvrir les Pays-Bas au XVIIème siècle, alors vous apprécierez ce roman, tant le travail de documentation est important. 

16 commentaires:

  1. Un petit coup de cœur pour ma part ! Une lecture vraiment intéressante :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je ne m'attendais pas du tout à cette intrigue, du coup en refermant le livre j'étais un peu dubitative mais avec le recul c'est un excellent roman. Seulement, l'intrigue sur la maison de poupées est trop mal amenée à mon goût.

      Supprimer
  2. Je ne l'ai pas encore lu, mais il me tente bien ! Je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre, peut-être à un roman dont l'ambiance se rapprocherait de La Jeune Fille à la Perle ? ;) On ramène souvent les livres se passant aux Pays-Bas au XVIIème à ce roman de Tracy Chevalier donc je fais peut-être totalement fausse route, je ne sais pas... en tous cas, il faut que je l'ajoute à ma WL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu La jeune fille à la perle (pas encore en tout cas) donc je ne peux pas comparer mais c'est une très bonne fiction historique avec une intrigue surprenante, alors je pense que ça devrait te plaire ! :)

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup les romans qui se passent aux Pays-Bas, donc celui-ci m'attire bien. :) C'est dommage pour la partie maison de poupée mal exploitée, mais je suis bien tentée quand même ! Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, j'espère que ça te plaira ! Il y a peu de livres sur les Pays-Bas et l'auteure a fait un gros travail de recherches, donc ça vaut vraiment le coup de le découvrir !

      Supprimer
  4. Ton avis est moins tranché que quand tu m'en avais parlé juste après avoir lu le roman. Du coup ça me donne quand même envie de le lire... mais pas tout de suite j'ai une immense PAL ^^'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai eu le temps d'y réfléchir depuis ! Je confirme, tu as une immense PAL et celui-ci n'est pas prioritaire ;)

      Supprimer
  5. J'entends beaucoup d'avis mitigés sur ce livre. Certains trouvent l'histoire intéressante, d'autres ne l'aiment pas du tout. Le résumé en lui-même l'intrigue :) Mais, du coup, je pense attendre quand même la version poche, pour le lire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'avec ce livre c'est quitte ou double. Mon avis était beaucoup plus tranché juste après ma lecture, je n'étais pas convaincue. Mais avec le recul, j'admet que c'est surtout parce que j'en attendais autre chose, donc forcément, la tournure de l'intrigue m'a surprise et déroutée. J'ai hâte de savoir ce que tu en penses quand tu l'auras lu :)

      Supprimer
  6. Je suis une amoureuse des Pays-Bas donc je pourrais être tentée mais je ne suis pas sûre que l'histoire me plairait :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez spécial, moi je ne m'attendais vraiment pas à ça honnêtement, du coup au moment de refermer le livre j'étais quand même mitigée.

      Supprimer
  7. Nous avons un peu le même avis : le côté maison de poupées n'est finalement pas assez exploité, et j'ai trouvé que ça retombait comme un soufflé.
    Par contre, j'ai encore bien en mémoire l'intrigue, les personnages et les secrets de chacun, et même si sur le coup (il y a un an, je dirais), je ne savais pas trop si j'avais vraiment aimé, je me dis maintenant que c'était une très bonne lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, pourtant on en fait des tonnes là dessus, et au final il n'y a pas d'intrigue, ou pas d'intrigue qui tienne la route ! On a exactement le même avis, quand j'ai refermé le livre je ne savais pas quoi en penser et ma chronique aurait été plus négative. Mais avec le recul je me rend compte aussi que c'est une très belle histoire. Dommage pour la maison de poupées.

      Supprimer
  8. Il est dans ma PAL depuis Noël dernier, je ne sais pas ce que j'attends pour le sortir... En 2017, j'espère bien!! :)

    RépondreSupprimer

Post Ads (Documentation Required)

Author Info (Documentation Required)