La part des flammes (Gaëlle Nohant)





Edition : Le livre de poche
Genre : Fiction historique
Auteur : Gaelle Nohant
Parution : 9 mars 2016









Résumé : Mai 1897. Le Tout-Paris se presse à la plus mondaine des ventes de charité. La charismatique duchesse d'Alençon, petite soeur de Sissi, a pris deux jeunes femmes sous sa protection en dépit du qu'en-dira-t-on. Scellant le destin de ces trois héroïnes, l'incendie du Bazar de la Charité bouscule ce monde cruel et raffiné et plonge Paris dans le deuil. Mais il permet aussi des amours et des rapprochements imprévus, des solidarités nouvelles, des libertés inespérées. 

Je vous avais promis de ne plus vous parler de Zola, je tiens ma parole et reviens aujourd’hui avec mon avis sur « La part des flammes » de Gaëlle Nohant, premier livre de ma PAL d’automne. Gaëlle Nohant nous offre avec ce roman une fiction historique de qualité sur un évènement que je ne connaissais que de nom, l’incendie du Bazar de la Charité.

Pour vous situer le contexte rapidement, le Bazar de la Charité était une vente de bienfaisance mise en place depuis 1885 dont le but était de vendre divers objets au profit des plus démunis. Le concept faisait sensation puisque derrière les stands, les vendeuses étaient de grand noms de la noblesse parisienne, portant le plus souvent le titre de duchesse, marquise ou encore comtesse. Le 04 mai 1897, un incendie se déclare, par la combustion des vapeurs de l'éther utilisé pour alimenter la lampe du projecteur d’un cinématographe. La catastrophe coûte la vie à plus de cent vingt personnes, des femmes pour la plupart. On retrouvera parmi les victimes, entre autres, Sophie-Charlotte, duchesse d'Alençon (sœur de l'impératrice « Sissi »).

Le roman de Gaëlle Nohant débute quelques jours avant ce terrible incendie et se poursuit après, en analysant les répercussions qu’un tel évènement a pu avoir sur la société de l’époque. Mais ce n’est pas un documentaire, loin de là, et à part la Duchesse d’Alençon et certains noms de victimes, la plupart des personnages de l’auteure sont purement fictifs. Gabrielle, Comtesse de Raezal, est une jeune veuve qui se remet difficilement de la mort de son mari. Par ailleurs, son passé trouble attire les médisances sur elle et lui ferme les portes de la bonne société. Quoi de mieux pour honorer la mémoire de son mari et faire taire les commérages que de participer au Bazar de la Charité ? Constance d’Estingel, quant à elle, vient à peine de sortir du couvent où elle a fait son éducation. Jeune fille à la fois obéissance et sauvage, elle a reçu une demande de fiançailles de la part de Lazlo de Nérac, qui ne la laisse pas indifférente. Mais à la stupéfaction générale, elle décide de rompre tout contact avec son fiancé et de se cloîtrer dans sa chambre. Sa mère, Amélie d’Estingel, décide alors de la faire participer au Bazar de la Charité pour la faire sortir de son mutisme. C’est sous la protection de l’énigmatique et très pieuse Duchesse d’Alençon, petite sœur de l’impératrice d’Autriche Sissi, que les deux jeunes femmes sont introduites dans le cercle très privé du Bazar. Mais ce qui devait être une banale vente de charité se transforme rapidement en un véritable enfer. Après l’incendie meurtrier, Gabrielle de Raezac et Constance d'Estingel vont devoir réapprendre à vivre, malgré le traumatisme encore vif.

Gabrielle de Raezac est une jeune femme qui a épousé un homme plus âgé qu’elle, mais qu’elle a profondément aimé. Aussi, après sa mort, elle se sent perdue, d’autant que la bonne société se refuse à lui pardonner une erreur qu’elle a commise dans sa jeunesse. Les fantômes de son passé n’ont jamais vraiment cessé de la hanter. Sa participation au Bazar de la Charité découle de la volonté d’honorer la mémoire de son mari mais aussi de réapparaître en société. A peine âgée de 30 ans, Gabrielle n’est pas encore prête à renoncer aux plaisirs de la vie et de l’amour même si elle n'en n'a pas immédiatement conscience.

Constance d’Estingel est un personnage très énigmatique. Enfant, elle était sauvage et butée. Aussi sa mère l’a-t-elle envoyé au couvent parfaire son éducation. Sous l’emprise de la mère supérieure, Constance est devenue une jeune femme très pieuse, un peu trop même. A son entrée dans le monde, elle fait la connaissance de Lazlo de Nérac et en tombe amoureuse. Les fiançailles ne sont qu’une formalité, jusqu’à ce Constance décide de tout annuler sans donner aucune raison valable. Son côté entêté et sauvage n’a jamais vraiment disparu, notamment face à sa mère avec qui elle entretient des relations très conflictuelles. L’incendie du Bazar de la Charité va la transformer à tout jamais jusqu’à risquer de la briser tout à fait sans l'aide de Gabrielle.

Les deux femmes n’auraient jamais dû se rencontrer, mais le fantôme de la Duchesse d’Alençon et les traumatismes liés à l’incendie vont les réunir et nouer entre elles un lien indélébile. Gaëlle Nohant a dû réaliser un travail de recherche historique impressionnant tant on se sent plongé dans l’esprit d’époque. La description de l’incendie du Bazar de la Charité est vraiment saisissante, on a l’impression d’être au milieu des flammes. Toute l’intrigue imaginée autour de cet incendie est bien amenée, mêlant personnages fictifs et personnages réels. La plume de l’auteure est vraiment agréable, je ne suis pas étonnée que le roman ait reçu le prix des lecteurs 2016. Plus qu’une fiction historique, elle nous offre également un aperçu des mœurs de l’époque et de la place de la femme dans la société du XIXème, une place qui se résume à celle d’épouse obéissante sans caractère. Grabrielle et Constance sont loin d’être de cette trempe, ce qui gêne beaucoup les nobles de l'époque.

En conclusion, « La part des flammes » est une fiction historique qui vous fera plonger dans le Paris du XIXème siècle,  relatant l’une des plus grandes tragédies de l’époque. L’auteure a réussi à amener une intrigue qui mêle suspens, drame et romance, donnant un petit côté « period drama » à ce livre qui mérite amplement le prix des lecteurs et le salut des critiques littéraires. 

18 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas mais pourquoi pas ! Ce livre a l'air vraiment intéressant, surtout que je ne connais pas la période. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fais une réelle découverte avec ce roman, je ne connaissais pas cet évènement mais c'est très intéressant ! :)

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas ce livre, mais j'adorerai le lire :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment super, je comprend que la critique l'ai salué ! L'auteure a fait un véritable travail de recherche !

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup les romans historiques alors pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu aimes les fictions historiques ce roman est fait pour toi !

      Supprimer
  4. Je connais ce roman et moi qui aime beaucoup l'Histoire, il se trouve dans ma wish-list :) En tout cas, ta chronique donne vraiment envie de découvrir ce point historique et ce roman en général !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fonce l'acheter alors parce que tu vas être conquise, j'ai appris beaucoup de choses tout en suivant une intrigue super bien élaborée !

      Supprimer
  5. J'ai vu "Sissi" c'est bon je le note haha Non vraiment, je crois que ce livre a tout pour me plaire *o* Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se comprend toi et moi, "Sissi", ça fait tout de suite de l'effet à la passionnée d'histoire (et de romance avec les films) qui est en moi. Même si Sissi était beaucoup moins sympa en vrai. Enfin bref, pas de Sissi dans ce roman, mais sa petite soeur, la Duchesse d'Alençon, une personnalité très énigmatique !

      Supprimer
  6. Oh ! C'est un livre que j'adorerais lire ! :)

    Camilla
    http://voldelivre.canalblog.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment génial, je te le conseille vivement :)

      Supprimer
  7. Il Me semble que je l'ai vu passer aussi sur la chaîne de Lemon June et il me tenait beaucoup après sa vidéo, mais je l'avais oublié. Merci pour le rafraîchissement de mémoire !

    RépondreSupprimer
  8. Le livre est dans ma PAL, il me tend les bras...y'a plus qu'à, comme on dit ! Je suis presque déjà certaine d'être emballée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après être passée sur ton blog, je pense qu'il va te plaire ;)

      Supprimer

Post Ads (Documentation Required)

Author Info (Documentation Required)