L'éveil de Mademoiselle Prim (Natalia Sanmartin Fenorella)






Edition : Pocket
Genre : Contemporain
Auteur : Natalia Sanmartin Fenorella
Parution : 18 juin 2015








Résumé : Cherche esprit féminin détaché du monde. Capable d'exercer fonction de bibliothécaire. Pouvant cohabiter avec chiens et enfants. De préférence sans expérience professionnelle. Titulaires de diplômes s'abstenir. Mademoiselle Prim, bardée de diplômes et sans expérience d'enfants et de chiens, ne répondait qu'en partie à ce profil... Engagée par un étrange gentleman, aussi cultivé que peu délicat, elle va découvrir la singularité et les secrets du petit village de Saint-Irénée d'Arnois. Loin du monde moderne, les habitants semblent s'être mis d'accord pour faire de leur vie un bonheur permanent. Mlle Prim tombe vite sous le charme de ce paradis perdu et de sa devise : profitez de la splendeur des choses simples de la vie.

Ne vous fiez pas aux apparences, c’est la première chose qui me vient à l’esprit en commençant la chronique de ce roman. En achetant ce livre en librairie la semaine dernière, je m’attendais à lire une romance légère et fraîche, dans la lignée de « La bibliothèque des cœurs cabossés ». Il faut dire que c’est comme ça que Pocket nous le vend si on prête attention à cette couverture colorée et ce résumé prometteur. Je vous le dis dès à présent, si vous vous attendez à une romance légère où l’héroïne atterrit dans un village parfait et tombe amoureuse de son patron, les choses ne sont pas aussi simples que ça. « L’éveil de Mademoiselle Prim » de Natalia Sanmartin Fenorella est une véritable invitation à la réflexion.

Prudence Prim a décidé de quitter la ville, car selon elle, les gens manquent de courtoisie et de délicatesse à notre époque, une véritable catastrophe. Elle décide de répondre à une annonce étrange postée par un gentleman ayant besoin d’une bibliothécaire non diplômée et sans expérience. Mlle Prim est bardée de diplômes mais qu’à cela ne tienne, elle postule quand même et contre toute attente, obtient le poste. Elle va alors découvrir les habitants du village de Saint-Irénée d’Arnois qui vivent à l’écart de ce monde et qui prônent un retour à des valeurs simples. Les enfants étudient dès leur plus jeune âge les textes d’Aristote, Virgile, Platon, Socrate…et aucun des habitants ne souhaitent qu’ils aillent dans une école moderne. Le patron de Prudence est par ailleurs un homme profondément religieux, ce qui se ressent dans l’éducation qu’il donne à ses 4 neveux. Prudence va aller de surprise en surprise et c’est sa propre vision d’elle-même qui va être amenée à changer.

Le personnage de Mlle Prim est quelque peu décalé. C’est une jeune femme très stricte, qui souhaite à tout prix rester maîtresse d’elle-même et qui trouve que la délicatesse est une vertu qui doit se retrouver chez toutes les femmes. Elle a des idées bien arrêtées et a beaucoup de mal à accepter une opinion qui soit différente de la sienne. C’est une jeune femme en quête de quelque chose, mais elle ne sait pas exactement quoi. Elle a quitté un patron qui l’a harcelait et une civilisation dans laquelle elle ne se sentait pas à sa place. Pourtant, alors que ce petit village a tout pour la satisfaire, elle a du mal à s’adapter au début, ayant été formatée par la ville. Son personnage évolue tout au long du roman, tout en gardant son caractère propre. Malgré tout, il est difficile de s’attacher à elle. J’ai eu l’impression de marcher à côté d’elle, mais de loin, sans vraiment la comprendre.

Le patron de Mlle Prim dit « l’homme du fauteuil » (on ne connaîtra jamais son nom) est un ancien enseignant chercheur qui élève ses 4 neveux et nièces depuis que leur mère est décédée. Ce qui ressort chez lui, c’est qu’il a l’art de la rhétorique et qu’il est profondément religieux. Mlle Prim tombe vite amoureuse de lui, mais pour ma part, je n’ai pas réussi à m’attacher à lui. Ses idées sur la religion sont assez extrêmes. On n’a aucune description à son sujet, on ne nous permet pas de découvrir toutes les facettes de sa personnalité. Certes c’est un gentleman, mais il m’a surtout agacé, car lui aussi veut toujours avoir raison.

Les neveux et nièces de l’homme du fauteuil portent des noms aussi originaux que ce roman : Téséris, Eksi, Septimus et Deka. Ce sont des enfants étranges, qui ont eu une éducation étrange. Lorsqu’on connaît déjà Virgile ou les écrits religieux à 7 ans, cela donne un cocktail surprenant. L’auteure nous explique d’ailleurs que ce sont les enfants qui ont converti l’homme du fauteuil. Je n’ai pas eu l’impression d’avoir affaire à des enfants dans ce roman, ce n’est pas du tout réaliste. Quand on ne croit plus aux contes de fées, qu’on explique que « l’histoire de la rédemption » est un conte de fées réel, je trouve que c'est malsain.

On en vient désormais aux points qui m’ont dérangé, voir mise mal à l’aise. Comme je l’ai dit plus haut, ce roman est une invitation à la réflexion. La plume de l’auteure est poétique, décalée et même assez drôle, je ne pourrais pas dire le contraire. Oui mais voilà, elle nous donne son opinion sur énormément de choses à travers les actions de ses personnages. Elle a notamment une réflexion très approfondie sur le féminisme et je ne partage pas les idées qu’elle peut développer. Mais c’est le côté religieux qui m’a le plus dérangé. Impossible de se dire que l’auteure n’est pas une personne croyante en ressortant de cette lecture. La religion, l’idée de conversion est présente tout au long du roman. L’auteure nous fait comprendre que tant que l’on ne croit pas, il manque quelque chose dans notre vie. Elle empêche deux personnages de se retrouver car l’un est religieux et l’autre non. Même la fin du roman est empreinte de cette idée de religion. La religion n’est pas un sujet tabou pour moi et en règle générale je n’ai pas de problème en lisant des livres sur le sujet. Mais je n’aime pas qu’un auteur essaye à tout prix d’imposer son point de vue de cette manière. La religion et la croyance sont des choix qui sont personnels à chacun. Si cela avait été précisé dans la quatrième de couverture, alors j’aurais été d’accord. Mais quand on présente le livre comme une romance légère, c’est dérangeant. La romance  passe notamment à l’arrière-plan et c’est le côté religieux qui ressort le plus.

L’autre point négatif, c’est l’étalage de culture et le vocabulaire utilisé par l’auteure. Comprenez-moi bien, je n’ai aucun souci avec un livre écrit dans un langage soutenu et où il y a de nombreuses références culturelles. C’est même très plaisant de lire tout en apprenant des choses. Oui, mais il faut savoir doser les choses. Les références culturelles ne sont pas à la portée de tous : Virgile, Horace, Saint Augustin, Bède le vénérable… J’ai eu l’impression que l’auteure cherchait surtout à étaler son savoir.

Le style de l’auteure est à la fois fluide et poétique. Malgré les points négatifs développés plus hauts, c’est ce qui m’a permis de continuer cette lecture. J’ai aimé les personnages de Saint-Irénée d’Arnois, leur côté décalé, la description du village et cette idée de retour à des valeurs simples. J’ai simplement regretté la fin du roman, car elle est  trop ouverte à mon goût.

En conclusion, je ressors de ma lecture avec un avis mitigé. Une chose est sûre, « l’éveil de Mademoiselle Prim » est loin d’être une romance légère. C’est une véritable invitation à la réflexion, cela nous pousse à nous interroger sur des choses auxquelles on ne pense pas toujours. Si je ne partage pas toutes les idées de l’auteure, elles ont le mérite d’être intéressantes et chaque point de vue est bon à prendre pour se forger sa propre opinion. Cela démontre également que la lecture est un vecteur essentiel pour construire sa réflexion. L’auteure a une très belle écriture et même si ce n’est pas totalement léger, le village et les personnages ont un petit côté rafraîchissant. Je pense que c’est un livre dont chacun ressort avec son propre ressenti, c’est une véritable expérience. Je vous conseille donc de vous faire votre propre opinion sur le livre, d’autant plus qu’il est court. 

18 commentaires:

  1. Je suis tout de même intriguée par ce livre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravie, je pense qu'il est très intéressant à lire et que chacun doit se faire sa propre opinion à son sujet :)

      Supprimer
  2. Ce n'est pas un livre qui me tente : les points négatifs que tu cites ne plairaient pas du tout, surtout la religion et l'étalage de culture. J'ai une bonne culture latine et grecque, mais ça s'arrête là ! C'est dommage qu'il ne t'ait pas vraiment plu. :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprend tout à fait, ça m'a vraiment gêné dans ma lecture et c'est dommage que ce soit tellement mis en avant.

      Supprimer
  3. Je ne pense pas le lire : la religion est un sujet qui me dérange énormément quand il est trop présent. De plus, l'étalement des connaissances n'est pas trop mon truc :-/ Dommage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup la religion est vraiment présente dans ce livre et ça m'a beaucoup dérangé aussi. Je comprend que tu passes ton tour :)

      Supprimer
  4. Ce n'est pas un livre qui me plairait je pense, les points négatifs sont trop rébarbatifs... :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage que ces points négatifs gâchent autant la lecture :/

      Supprimer
  5. Je pense que ce livre ne sera pas pour moi. Je suis ouverte mais je ne suis absolument pas "religieuse" et j'avoue que je n'aime pas trop quand on essaye de "m'imposer" son point de vue sur la religion. Mais vu ma PAL, ce n'est pas très grave si je ne le lis pas lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis entièrement d'accord avec toi, c'est la même chose pour moi. C'est ce qui m'a le plus gêné ici. J'avoue que pour ma PAL c'est pareil XD.

      Supprimer
  6. Ah ben il est dans ma pal depuis un moment déjà mais ton avis m'a totalement refroidi... Les esprits étriqués et religieux à l'excès me hérisse un peu le poil... Bon... Je tenterai quand même mais il y a de fortes chances pour que j'éprouve les mêmes ressentis que les tiens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé...XD. Mais il vaut mieux que tu sois préparée. Le côté religieux est vraiment présent et ça m'a beaucoup dérangé. Les personnages ne peuvent pas être ensemble parce que l'un est religieux et l'autre non, en tout cas c'est le cas pendant pratiquement tout le roman. C'est vraiment dommage, je m'attendais à une romance fraîche et légère.

      Supprimer
  7. Dire que j'ai failli acheter ce bouquin en le voyant aussi (dans cette même librairie) mais un jenesaisquoi me l'a fait reposer. Je pensais aussi que c'était une romance légère, le genre qui fait du bien et qui nous vide la tête.
    Par contre là après ton résumé j'ai franchement pas envie de le lire. Au vu de la longue liste de livres que j'ai à lire, celui là serait à la toute fin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'oui et encore tu ne devrais même pas le placer à la toute fin. C'est un peu de l'arnaque quand même vu comment c'est présenté. Après ce n'est pas déplaisant, c'est juste que je ne m'attendais pas à ça et qu'il y a des aspects dérangeants.

      Supprimer
  8. C'est dommage parce que le résumé m'intriguait et j'imaginais quelque chose d'assez déjanté et drôle. Du coup, je vais passer mon tour. Parce qu'inviter le lecteur à la réflexion, c'est très bien, mais visiblement, c'est plus qu'une invitation, là, et je n'aime pas qu'on me force la main en lecture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été très déçue parce que c'était présenté comme quelque chose de déjanté et drôle comme tu dis, alors qu'au final, même si oui il y a un côté un peu déjanté, c'est beaucoup trop axé religion à mon goût.

      Supprimer
  9. par contre, pour ce livre, au vu de ton avis, je passe mon chemin ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, ce n'est pas la peine, il y a beaucoup d'autres livres à lire ;)

      Supprimer

Post Ads (Documentation Required)

Author Info (Documentation Required)