L'assassin royal : L'apprenti assassin, T1 (Robin Hobb)







Editions : J’ai Lu
Genre : Fantasy
Auteur : Robin Hobb
Parution : 01 décembre 2005
Coup de coeur







Résumé : Au château de Castelcerf le roi Subtil Loinvoyant règne sur les Six Duchés ; il est aidé dans sa lourde tâche par son fils Chevalerie qui comme son père et tous les nobles du royaume porte le nom de la qualité que ses parents espéraient le voir développer. Ainsi le frère du Roi-servant s'appelle t'il Vérité et leur demi-frère, né d'un second lit, Royal. Suite à une aventure restée inconnue de tous, Chevalerie donne à la lignée un nouveau descendant : un bâtard, dont la simple existence va bouleverser le fragile équilibre qu'avait établi le roi pour contrôler ses turbulents fils. Ce héros malgré lui, nommé Fitz, voit son avenir s'assombrir au fil du temps. Alors que les autres enfants ont déjà leur place à la cour et dans ses intrigues, lui devra la mériter et servir la couronne en devenant ce que personne ne voulait être : l'Assassin royal. 

Je vous propose aujourd’hui la chronique du premier tome d’une saga fantasy que j’ai commencé cet été. Je n’ai pas encore chroniqué de romans fantasy sur le blog, pourtant je suis une grande fan de ce genre. Le seigneur des anneaux, le trône de fer, les mondes d’Ewilan....sont autant de sagas que j’affectionne tout particulièrement. J’avais entendu beaucoup de bien de Robin Hobb mais je n’avais jamais découvert ses livres jusqu’à présent. C’est désormais chose faite.

Avant de m’étendre davantage sur ce livre et de véritablement commencer ma chronique, je tiens à faire un petit point sur les éditions de cette saga. Comme souvent, le découpage français n’a absolument rien à voir avec le découpage anglais. Deux éditeurs ont obtenu les droits pour l’assassin royal : Pygmalion qui s’occupe des grands formats et J’ai lu qui s’occupe des poches. Il y a plusieurs cycles dans cette saga, aussi un petit point sur l’ordre de lecture s’impose.

Le cycle de l’assassin royal comporte 13 tomes en poche. Robin Hobb a écrit une autre saga intitulée Les aventuriers de la mer qui se déroule dans le même univers et qui comporte 9 tomes. Enfin, elle est en train d’écrire une saga intitulée Le fou et l’assassin  qui se déroule également avec les mêmes personnages que dans l’assassin royal et qui comporte à ce jour 3 tomes. Et pour finir, une autre saga intitulée  La cité des anciens  qui comporte 8 tomes. Ces sagas ou cyles se déroulent tous dans le même royaume et on retrouve les personnages d’un cycle dans un autre cycle, c’est pourquoi il faut faire attention.

Voilà donc l’ordre qui est conseillé. Tout d’abord, il faut lire les 6 premiers tomes de l’assassin royal, puis les 9 tomes des aventuriers de la mer, puis les 7 derniers tomes de l’assassin royal. Après cela, il est conseillé de lire les 8 tomes de la cité des anciens. Et enfin la nouvelle saga de Robin Hobb, « le fou et l’assassin ». Sachez par ailleurs que Pygmalion et J’ai lu ont récemment édité des versions intégrales de ces sagas, versions qui comportent généralement 3 tomes en un seul livre, ce qui peut permettre de faire des économies.  Cela étant dit, si vous vous sentez découragé, c’est à moi de vous convaincre.

Fitz est un bâtard, fils du prince héritier des Six Duchés, Chevalerie. Il est amené au château de Castelcerf alors qu’il n’est qu’un petit garçon par ce qui semble être son grand-père maternel, qui n’a plus assez d’argent pour le nourrir et qui clame haut et fort que c’est le fils de Chevalerie. Et la ressemblance est tellement frappante que la famille royale ne peut guère le nier. Pour autant, pas question d’inclure Fitz dans la famille, et ce même si la femme de Chevalerie est stérile. Ce dernier décide contre toute attente de renoncer au trône et de s’exiler avec sa femme, sans même avoir rencontré son fils. Fitz est élevé dans les écuries du château, par Burrich, le maître d’écurie qui a servi son père durant de longues années. Durant ces années, Fitz développe une amitié avec un jeune chiot, amitié un peu particulière car Fitz est capable d’entrer dans la tête de son animal et de ressentir les mêmes émotions que lui. Seulement, dans les Six Duchés, un tel don est très mal vu et Burrich va tout faire pour l’empêcher de le développer. C’est alors que son grand-père, le roi Subtil, va soudain se souvenir qu’il a un petit-fils et qu’il pourrait éventuellement lui être utile. Il va alors le former, doucement, patiemment, dans l’idée de lui faire endosser le rôle d’assassin royal, un homme dévoué au roi, une véritable machine à tuer. Fitz va alors être entraîné dans des complots  sordides.

Fitz est un personnage auquel on ne peut que s’attacher. Tout simplement parce qu’on le rencontre enfant et qu’on suit son évolution jusqu’à ce qu’il devienne un jeune garçon de 15 ans. C’est également lui qui nous raconte son histoire, ce qui crée une proximité entre lui et le lecteur. J’ai adoré ce petit bonhomme qui arrive à la cour, considéré comme un bâtard, responsable de la déchéance de Chevalerie que tout le monde voulait voir devenir roi et propulsé dans les écuries avec Burrich, un homme bourru qui ne sait pas montrer ses sentiments. Au départ, Fitz cherche simplement à devenir comme Burrich, il travaille dur et son petit plaisir et d’aller explorer les bas-fonds de la ville avec les enfants des rues qui vont devenir ses amis et son chien avec qui il a un lien très fort. Puis son grand-père le remarque enfin et bien malgré lui il commence sa formation d’apprenti assassin. Ce n’est pas un héros tout blanc ou tout noir. Lorsqu’il comprend ce qu’on attend de lui, il s’interroge, mais il décide tout de même de rester fidèle au roi et de remplir la mission qui lui a été confiée. Et peu importe s’il n’est qu’un instrument entre les mains de tous les gens de la Cour. Fitz a tout du héros qu’on adore, propulsé dans une aventure bien malgré lui, courageux, honnête et loyal. Il ne comprend pas non plus pourquoi sa proximité avec les animaux est tellement mal vu par Burrich, lui n’y voit rien de malsain. On s’attache d’autant plus à lui que personne ne veut vraiment de lui à la cour si ce n’est Burrich et son oncle Vérité. Tout au long du roman, beaucoup de personnages vont tenter de le faire souffrir. On ne peut qu’éprouver de la compassion pour lui et avoir envie de découvrir la suite. La saga est longue, c’est vrai, mais l’auteure a le temps de développer le personnage de Fitz grâce à cela et c’est ce qui nous permet également d’être happé par l’histoire.

Les autres personnages sont également extrêmement bien développé. Au fil des pages, l’auteure a réussit à créer un univers complexe avec des personnages tous plus riches les uns que les autres. Cela apporte une véritable profondeur à la saga.

Burrich, le maître d’écurie, est celui qui va élever Fitz, et celui que Fitz considère donc un peu comme son père.  Pourtant il est loin d’être tendre avec lui et c’est un personnage on ne peut plus bourru qui ne sait pas montrer ses sentiments. Mais au fil du roman, on comprend à quel point il tient à Fitz. Ils ont tous les deux une relation ambiguë. Burrich lui reproche d’abord d’être la cause du départ de Chevalerie, mais il comprend bien vite que ce petit garçon est loin d’être responsable de tous les maux de la terre. A vrai dire, sans Burrich, je ne sais pas ce que serait devenu Fitz. Alors oui, il a un côté brutal et antipathique, et pourtant je l’adore. Son amour pour Fitz est le même amour que celui d’un père pour son enfant, quoi qu’on en dise. 

Au niveau de la famille royale, Subtil Loinvoyant, le roi, ne fait certainement pas partie de mes personnages favoris. C’est un être extrêmement manipulateur, froid, qui se fiche totalement de Fitz et qui cherche simplement à avoir un nouveau pantin. Il n’hésitera pas à le faire souffrir pour s’assurer de sa loyauté et le mettra en danger pour mener à bien ses plans. Son fils cadet, Royal, ressemble beaucoup à son père, si ce n’est qu’il a en plus une ambition dévorante. Il veut devenir roi, à tout prix, et tant pis si c’est son frère Vérité qui doit d’abord accéder au pouvoir. Royal déteste Fitz par-dessus tout, il le voit comme une menace puisqu’il est le fils de Chevalerie et tous les coups bas sont permis envers ce petit garçon. Vérité, le fils du milieu, est le plus sage des trois. C’est lui qui va devenir roi maintenant que Chevalerie est partie. C’est lui également qui accueille Fitz à son arrivée au château. Il n’y a pas de méchanceté en lui, c’est quelqu’un de bon envers Fitz, de loyal et qui tente de tout faire pour préserver son royaume. C’est le seul de la famille qui a ma gratitude pour la façon dont il a traité Fitz dans ce tome.

Un autre personnage qui a son importance, Umbre, le professeur de Fitz, celui qui va lui enseigner l’art de devenir un assassin royal. Umbre est le deuxième personnage important dans la vie de Fitz, une seconde figure paternelle. C’est quelqu’un de très mystérieux, qui vit dans une tour du château, caché et qui a été assassin royal en son temps. Il va très vite s’attacher à Fitz et une relation de confiance va s’installer entre les deux personnages. Grâce à lui, Fitz va être  armé pour survivre à la cour.

Enfin, je vous parlerais de Molly, joliment surnommée « Brise-Pif », que Fitz a rencontré dans les bas-fonds de la ville. Elle a trois ans de plus que lui et elle fabrique des bougies dans une petite boutique tenue par son père, un alcoolique qui la bat. Son personnage n’est pas très développé dans le premier tome mais elle va avoir de plus en plus d’importance à mon avis puisque Fitz n’était pas indifférent à son charme. C’est une jeune fille courageuse, qui n’a pas peur de se battre comme l’indique son surnom et qui va se lier d’amitié avec le jeune Fitz. Néanmoins, 3 ans d’écart, ça paraît énorme quand on a 18 et 15 ans et leur chemin vont se séparer. Nul doute cependant qu’ils vont se recroiser.

Au niveau de l’intrigue, l’auteure prend son temps et c’est comme ça qu’elle parvient à construire un univers complexe, avec des règles bien spécifiques, et des personnages très riches et développés. On suit l’histoire de Fitz, mais également ce qui se trame dans le royaume. Il y a notamment des pirates qui kidnappent des villageois puis posent un ultimatum au roi : payer une rançon pour qu’ils gardent les prisonniers. Oui, ce n’est pas commun et pour cause…quand les pirates relâchent les prisonniers…ces derniers sont comme devenu…sauvages et s’attaquent à tout le monde.  Il y a donc deux intrigues parallèles : la vie de Fitz et ce mystère, ce qui apporte de la profondeur au roman. Ce premier tome est avant tout un tome introductif, l’action arrive véritablement à la fin du roman, mais ce n’est pas gênant car il était important de poser les bases pour que le lecteur puisse comprendre les ressorts de ce nouvel univers. Le style de l’auteur est excellent, elle maîtrise parfaitement le genre de la fantasy, en nous faisant découvrir son univers sans finir par nous perdre. Tout est amené à la perfection, en temps voulu, les révélations arrivent toujours à point nommé. On a donc le temps d’assimiler les nouveautés avant d’en découvrir d’autres. Certains seront peut être gêné par ce rythme un peu lent, mais personnellement, j’aime ça dans les romans fantasy.

En conclusion, je vous conseille vivement ce livre si vous êtes friand de fantasy. Je pense notamment à ceux qui ont aimé le trône de fer, car l’univers est aussi riche et les personnages tout aussi attachants et complexes. 

11 commentaires:

  1. Ce roman est dans ma wish-list depuis des luuustres, mon Dieu tu me donnes envie de me ruer en librairie pour aller l'acheter ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah mais j'en suis ravie ! Je dirais même que tu devrais te ruer en librairie pour l'acheter tellement il est génial (a).

      Supprimer
  2. Je me suis fixé le défi de tout relire cette année, vu que je viens d'acquérir les deux premiers tomes du nouveau cycle. Mon préféré reste quand même celui des Aventuriers de la Mer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le moment je n'ai lu que le premier tome mais j'aime énormément. J'ai les 6 premiers tomes de l'assassin royal et les 3 premiers tomes des aventuriers de la mer, il faut donc que je complète ma collection. Mais moi aussi je compte tout lire cette année si j'y arrive :)

      Supprimer
    2. Le deuxième cycle de L'assassin Royal est un peu en-dessous du premier, mais le tout reste de qualité. Après, c'est sûr qu'il faut prendre le temps...

      Supprimer
    3. Le deuxième cycle de L'assassin Royal est un peu en-dessous du premier, mais le tout reste de qualité. Après, c'est sûr qu'il faut prendre le temps...

      Supprimer
    4. Oui c'est surtout ça le problème, mais je pense que cette saga mérite qu'on prenne le temps de la lire :)

      Supprimer
  3. Je l'ai dans ma pal depuis des années! Et tous les ans je suis sur le point de craquer et de le ressortir mais je ne te cache pas que la longueur de la saga me freine un peu (13 tomes quand même!!! Je les ai tous à la maison mon mari l'a lu)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprend, moi aussi au début ça m'a freiné. Je me disais que je n'allais pas avoir le temps. D'ailleurs depuis juillet je n'ai pas pu ouvrir le tome 2. Mais j'ai tellement aimé que j'ai n'ai oublié aucun détail :) Aussi je te conseille de foncer :)

      Supprimer
  4. Ton résumé donne vraiment envie mais il faut avoir un peu de temps devant soi pour se lancer dans une saga pareil (histoire de pouvoir lire au moins 2 ou 3 tomes quoi). Du coup je le lirai peut-être pendant ma prochaine période de chômage! x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est le problème, il en faut du temps pour cette saga, mais elle est vraiment top, tu adorerais, j'en suis sûre (et tu sais bien que j'ai toujours raison à ce niveau là).

      Supprimer

Post Ads (Documentation Required)

Author Info (Documentation Required)