Les larmes rouges T2 : Déliquescences (Georgia Caldera)






Editions : J’ai lu
Genre : Romance / Bit-lit
Auteur : Georgia Caldera
Parution : 19 mars 2014









Résumé : « Les réminiscences n’étaient que le commencement… »  Le voile a été levé sur les étranges rêves de Cornélia mais elle est plus que jamais en danger. Pourtant, la seule prudence n’est pas ce qui la pousse à rester auprès d’Henri. Progressivement, leurs liens se renforcent bien que l’ombre du passé plane sur leur relation… Pire encore, pour assurer leur protection contre Avoriel, ils doivent retourner à Reddening House où Cornélia a été témoin des horreurs que peuvent commettre ses habitants. Déjà angoissée, la jeune femme se noie de plus en plus dans de bien surprenantes visions…

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de nouveau de la saga « Les Larmes rouges » de Georgia Caldera, dont j’ai chroniqué le tome 1 il y a quelques semaines. A vrai dire, j’ai lu le tome 2 cet été, mais comme le tome 3 fait partie de mon 2015 Halloween reading challenge, je me dois de vous parler d’abord de ce tome-ci. On reste dans le thème d’Halloween puisqu’il s’agit d’une romance gothique. Si vous suivez mes chroniques, vous savez d’ores et déjà que le premier tome des Larmes rouges avait été un véritable coup de cœur pour moi. Si j’ai apprécié la lecture de ce tome 2, je ne pourrais malheureusement pas en dire autant, notamment par rapport aux réactions de l’héroïne qui m’a quelque peu agacée au cours de ma lecture. Néanmoins, le tome 2 reste un excellent tome au niveau de l’intrigue et par rapport à l’évolution des autres personnages. Place donc à une chronique détaillée de ce tome 2 (normalement il n'y a pas de spoiler sur le tome 1).

Concernant le résumé tout d’abord, il m’est difficile de vous dévoiler l’intrigue sans vous spoiler sur le tome 2. On retrouve le couple phare de la saga, Cornélia et Henri, qui quittent la France pour régler certaines affaires en Angleterre, dans la demeure de Reddening House. L’essentiel de l’intrigue se déroule autour de cette demeure. Cornélia va devoir apprendre à s’adapter à la cour des vampires et à se conformer à son nouveau statut. Les pouvoirs de la jeune femme se développent de plus en plus au cours de l’intrigue, ce qui met sa relation avec Henri en péril et nous en dévoile davantage sur le passé de ce dernier. Quant à Avoriel, il traque toujours Cornélia et est prêt à tout pour mettre la main sur elle.

De nouveaux personnages font leur apparition dans ce tome 2, apportant un vent de gothisme à la Cour des vampires. Mais revenons d’abord sur les personnages présents dans le tome 1. Cornélia, l’héroïne principale, est une héroïne que j’avais réellement appréciée dans le tome 1, je comprenais tous ces choix et j’aurais probablement réagi de la même façon qu’elle à sa place. Or, dans ce tome 2, je n’ai pas du tout retrouvé la jeune fille du tome 1. Dans Déliquescences, Cornélia a des réactions totalement aberrantes. Elle n’en fait qu’à sa tête, met en danger tout le monde, dans le seul but de contrarier Henri. J’ai eu l’impression tout au long de ma lecture que dès qu’il y avait une erreur à commettre, Cornélia était en tête. Elle cache également beaucoup de choses à Henri, des choses qu’elle ferait mieux de lui confier dès le début de l’intrigue avant que la situation ne dégénère totalement.  Même si grâce à son manque d’honnêteté, on en apprend davantage sur le passé d’Henri, je n’ai pas du tout aimé cet aspect de sa personnalité. Je suis probablement un peu dure avec elle, car si j’étais dans la même situation, j’aurais peut-être réagi de la même façon. D’autant qu’elle fait face à pas mal d’atrocités. Mais en vérité, Henri a tellement souffert à cause de Cornélia dans le passé, que le fait qu’elle se comporte de manière aussi odieuse avec lui m’insupporte totalement. Ce qui m’amène au personnage d’Henri. Dans Déliquescences, on apprend énormément de choses sur le passé d’Henri et on comprend encore mieux à quel point son amour pour Cornélia est fort et éternel. C’est pour ça aussi que le comportement de Cornélia m’a fortement agacée. Cependant, Henri n’est pas blanc comme neige non plus, il est particulièrement têtu et ne communique pas du tout avec Cornélia. Il n’arrive tout simplement pas à se convaincre de son amour pour lui. Et je dois dire que quand je vois certaines actions de Cornélia, je peux totalement comprendre. Malgré ses quelques défauts, Henri est toujours pour moi un personnage parfait, tel qu’on les aime : sombre, ténébreux, torturé, qui paraît méchant alors que s’il a ses réactions c’est parce qu’il a été profondément blessé par le passé. Vous l’aurez compris, Henri est un personnage que j’aime énormément et si j’ai été agacée par Cornélia, c’est parce que je trouve qu’elle le fait encore et toujours souffrir inutilement. Ce tome nous offre également une immersion au sein de la Cour des vampires, avec des personnages hauts en couleur que je vous laisserais le plaisir de découvrir par vous-mêmes. Ils sont délicieusement sombres et ténébreux, ne vous attendez pas à trouver un Edward Cullen ou une Bella Swan parmi eux. Ils sont plutôt les dignes descendants de Dracula. Déliquescences nous permet également d’en apprendre davantage sur le méchant de l’histoire, Avoriel, ainsi que sur son lien avec Henri. On découvre un personnage froid, manipulateur, au-delà de toute possibilité de rédemption. Un nouveau personnage tout à fait mystérieux et lié à l’intrigue apparaît dès le début du roman. Ce personnage est connecté à Cornélia par le biais d’un de ces nouveaux pouvoirs. Je ne vous en dirais pas plus à son sujet car les questions que l’on se pose sur lui amènent un suspens terrible qui vous fera douter jusqu’à la fin. J’ai moi-même douté et j’étais persuadé qu’il s’agissait d’un autre personnage. J’ai hâte d’en apprendre davantage à son sujet et de voir s’il aura un rôle plus important.

Concernant l’intrigue, la plume de Georgia Caldera est toujours aussi magnifique et prenante. Malgré mon agacement envers Cornélia, j’ai lu la moitié du roman en une journée. On est totalement happé par l’univers des Larmes rouges, l’action s’enchaîne, des questions se posent et on veut tout de suite connaître la réponse. L’univers est encore plus sombre que dans le tome 1, ce que j’ai énormément apprécié. Les vampires dépeints dans Les larmes rouges ne sont pas gentils. Il n’y a pas d’un côté les gentils et les méchants non plus. Il y a des personnages extrêmement complexes, des vampires qui ont décidé de vivre leur vie chacun à leur manière, même si c’est parfois quelque peu condamnable. La relation entre Cornélia et Henri évolue rapidement, ils sont sans cesse en train de se quereller et pourtant leur amour grandit et devient de plus en plus fort malgré toutes les épreuves. Cornélia doit faire des choix, elle doit s’adapter face à une situation qui la dépasse et Henri doit reprendre sa place de leader. La fin du roman est une véritable explosion. Un personnage principal meurt, un autre personnage fait un retour fracassant et on se demande si Cornélia et Henri vont réussir à surmonter leurs différends et si l’amour sera plus fort.

En conclusion, Déliquescences est selon moi un tome 2 un peu en dessous du premier tome de la saga à cause du caractère de Cornélia et des mauvais choix constants qu’elle fait. Néanmoins, la plume de Georgia Caldera reste une pure merveille, Henri un héros absolument parfait et l’intrigue se développe à un rythme parfait, avec de l’action et du suspens qui nous tiennent en haleine jusqu’au bout. Encore une fois la saga des Larmes rouges est une saga que je ne peux que vous conseiller d’acheter, vous ne perdrez pas votre argent. Je vous retrouve la semaine prochaine pour la chronique du dernier tome de la saga.



6 commentaires:

  1. J'ai lu le tome 1 qui a été une excellente lecture :D J'ai hâte de lire ce tome 2, même si c'est un beau pavé aussi ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un pavé mais l'écriture de Georgia Caldera nous entraîne et on ne voit pas le temps passer. J'espère que tu aimeras ce tome 2, je te le conseille en tout cas :)

      Supprimer
  2. C'est rare mais je suis cette fois en désaccord sur 2 points. :p
    - Je ne trouve pas que les décisions de Cornelia soient aberrantes, elles sont frustrantes et parfois immatures mais aberrantes non, puisqu'elle nous explique les raisons qui pour elle, sont tout à fait légitimes (et en effet, parfois c'est vraiment légitime...mais pas toujours).
    -J'ai trouvé très intéressant les développements autour du personnage d'Avoriel. Il est certes froid manipulateur et complètement fou... mais on découvre un côté profondément humain chez lui et une véritable faiblesse qui rend le personnage encore plus intéressant. J'apprécie quand tout n'est pas blanc ou noir dans une intrigue et surtout en ce qui concerne les "méchants".

    Bon c'est plutôt des nuances par rapport à ton commentaire plutôt qu'un véritable désaccord puisque je suis d'accord avec tout le reste (si ce n'est que je ne trouve pas ce tome en dessous du précédent, plus frustrant oui mais de la même qualité!). Voilà pour mon avis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah c'est plutôt rare qu'on soit en désaccord (même si c'est un léger désaccord XD).

      Moi je n'ai vraiment pas pu avec Cornélia, surtout au niveau de son comportement avec Oswald et Seraphin. Pauvre Henri, je comprend qu'il doute en permanence.

      Et pour Avoriel, je trouve son besoin de contrôler Henri totalement malsain et ce qu'il l'oblige à faire, c'est juste terrible.

      Mais oui, sur le fond on reste d'accord c'est un tome excellent, c'est juste que voilà, j'aime trop Henri et je ne pardonne pas ceux qui lui font du mal !

      Supprimer
  3. Je dois chroniquer ce tome 2 que j'ai lu en avril *honte à moi* Ta chronique reprend dans les grandes ce que j'ai ressenti, moins aimer que le premier, Cornélia et Henry m'ont quelque peu agacés. Par contre je ne me souviens pas de ce personnage dont tu tais le nom... Je me souviens d'un musicien et c'est tout xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu en août, donc j'étais un peu en retard aussi. Mais en fait j'ai vraiment bien aimé c'est juste que j'avais envie de secouer Cornélia à de très nombreuses reprises. Ils ne communiquent pas entre eux et ça crée des problèmes à n'en plus finir. Pour le mystérieux personnage, c'est celui que Cornélia voit dans ses rêves au début ;)

      Supprimer

Post Ads (Documentation Required)

Author Info (Documentation Required)